St. Cloud rejette le tampon de zonage des ventes de THC et de CBD à proximité de zones comme les écoles

St. Cloud rejette le tampon de zonage des ventes de THC et de CBD à proximité de zones comme les écoles

ST. CLOUD ― Après environ une heure de discussion lundi soir, le conseil municipal de St. Cloud a rejeté à l’unanimité les recommandations de la commission d’urbanisme de la ville d’imposer des zones tampons entre les détaillants THC et CBD et des zones comme les écoles et les parcs.

En octobre, la Commission de planification de St. Cloud a recommandé au conseil d’approuver des restrictions de zonage qui empêcheraient les détaillants de vendre des produits THC ou CBD à moins d’un quart de mile des écoles ou d’autres vendeurs de cannabinoïdes, et à 350 pieds des lieux de culte et des parcs. Le projet original de la commission a effectivement éliminé toutes les ventes dans la majeure partie de Saint-Cloud en plaçant une zone tampon d’un quart de mile de toutes les écoles, autres vendeurs, lieux de culte et parcs. Les vendeurs actuels auraient bénéficié de droits acquis à leur emplacement actuel.

Le Minnesota a légalisé la vente de certains produits cannabinoïdes dérivés du chanvre comme les gommes et les boissons au THC en juillet, prenant de nombreux responsables locaux par surprise. St. Joseph, Sartell, Cold Spring et St. Augusta ont déjà imposé des moratoires sur les ventes de THC. Waite Park envisage également un moratoire.

En septembre, le conseil municipal de St. Cloud a adopté une ordonnance pour réglementer l’octroi de licences aux détaillants de CBD/THC, similaire aux licences requises pour la vente de tabac et d’alcool. Les vendeurs sont tenus d’obtenir une licence annuelle et de se soumettre à des contrôles de conformité.

Plus: Deux nouveaux membres du conseil municipal de St. Cloud rejettent l’hyper-partisanerie

Mike Conway, membre du Conseil, a déclaré lundi que la création de zones tampons sur les produits légaux pourrait mettre les petites entreprises « en danger » si un propriétaire augmentait le loyer d’un locataire sachant qu’il ne pouvait pas déménager pour vendre ses produits ailleurs en raison de la zone tampon proposée d’un quart de mile entre les détaillants.

Conway a déclaré que les tampons pourraient également donner à certaines entreprises un avantage sur d’autres en fonction de qui dépose leurs documents en premier. La ville n’impose pas les mêmes restrictions sur les ventes de tabac ou d’alcool et « c’est un dépassement flagrant de ce que la ville pourrait faire », a-t-il déclaré.

Becca Most est journaliste municipale au St. Cloud Times. Contactez-la au 320-241-8213 ou bmost@stcloudtimes.com. Suivez-la sur Twitter à @becca_most.

Soutenez le journalisme local. Abonnez-vous à sctimes.com aujourd’hui.