Perspectives pour la libéralisation du cannabis et l’autorisation du marché du CBD au Laos – Cannabis & Hemp

Perspectives pour la libéralisation du cannabis et l’autorisation du marché du CBD au Laos – Cannabis & Hemp

République démocratique populaire lao : perspectives de libéralisation du cannabis et d’autorisation du marché du CBD au Laos

29 juillet 2021

Tilleke & Gibbins

Pour imprimer cet article, il vous suffit de vous inscrire ou de vous connecter sur Mondaq.com.

Ces dernières années, de nombreux pays ont commencé à explorer les effets pharmacologiques de la plante de cannabis et les avantages économiques de la libéralisation du cannabis. Par exemple, la Thaïlande voisine du Laos a prudemment avancé dans la légalisation du cannabis et du chanvre à des fins médicales et pour stimuler l’économie thaïlandaise. Les autorités du Laos étudient également la possibilité d’ouvrir certaines des interdictions strictes du pays concernant le CBD et le cannabis médical. Cependant, peu de choses ont été faites jusqu’à présent et la consommation, la production et l’utilisation commerciale du cannabis, y compris la culture et la commercialisation de produits liés au chanvre, restent strictement interdites. Ceux qui commercialisent des produits liés au chanvre ou au CBD au Laos risquent actuellement des responsabilités pénales ou civiles.

Paysage juridique et risques d’application

La plante de cannabis (Cannabis sativa L.) est connue principalement pour produire deux composés : le tétrahydrocannabinol (THC), qui est une substance psychoactive, et le cannabidiol (CBD), un composé non psychoactif avec plusieurs effets pharmacologiques bénéfiques. Une plante de cannabis avec une quantité relativement élevée de THC exerçant des effets psychoactifs est connue sous le nom de « marijuana » (Cannabis sativa L. subsp. indica), tandis qu’une plante de cannabis avec très peu de THC est considérée comme du « chanvre » (Cannabis sativa L. subsp. sativa ).

La marijuana et le chanvre n’ont pas été définis par la loi lao, et les autorités laotiennes adoptent généralement l’approche selon laquelle la marijuana est synonyme de la plante de cannabis, quel que soit le pourcentage de THC dans la plante. La loi sur les stupéfiants n° 10/NA, datée du 25 décembre 2007, interdit l’usage de stupéfiants au Laos. Le décret d’application de la loi sur les stupéfiants n°076/PM, du 20 mars 2009, déclare la « plante de cannabis » plante productrice de stupéfiants, interdit sa culture et sa possession, et inscrit officiellement le THC sur la liste des produits interdits du pays. stupéfiants. Comme le CBD est extrait de la plante de cannabis, les produits contenant le composé sont donc susceptibles d’être également interdits.

Le Code pénal n° 26/NA, daté du 17 mai 2017, interdit toute activité liée à la culture, au trafic et à la possession de marijuana (c’est-à-dire ici tout le cannabis), fixant la peine pour les violations à trois mois d’emprisonnement à vie et à des amendes de 500 000 LAK. -200 millions (environ 52-21 200 USD), selon la nature des biens et l’activité.

Perspectives pour la libéralisation du cannabis au Laos

En 2019, le gouvernement laotien a créé un comité ad hoc pour déterminer si la légalisation de la culture du chanvre au Laos à des fins médicinales serait faisable et si le pays pourrait bénéficier d’une telle politique. Dans cette optique, les autorités du pays ont autorisé certaines entreprises locales à cultiver du chanvre dans des zones très spécifiques dans le cadre de programmes pilotes, tout en maintenant l’interdiction générale stricte de culture et de commercialisation des produits liés au chanvre.

Ce changement de perspective des autorités sur les produits liés au chanvre peut témoigner de leur intérêt à diversifier les sources de revenus du Laos. Les efforts du pays pour étendre son potentiel de marché ne sont pas surprenants, étant donné qu’il a développé des labels de confiance pour promouvoir la marque « made in Laos », et a enregistré des indications géographiques (par exemple, le café Bolaven, le riz Khao Kai Noy) pour pénétrer les marchés étrangers. Le potentiel commercial du chanvre, l’avenir du marché du CBD et l’impact possible de ces produits pourraient inciter les autorités laotiennes à libéraliser le cannabis, ou au moins la production, l’extraction et l’utilisation commerciale du CBD au Laos, dont les avantages économiques pourraient atténuer également les effets néfastes du COVID-19 sur l’économie laotienne.

À l’échelle mondiale, les perspectives pour le cannabis et les produits liés au CBD sont prometteuses, divers pays (comme le Canada et les États-Unis) libéralisant les réglementations concernant le cannabis et les produits liés au CBD. En Europe, sous la pression de la récente décision de la Cour de justice de l’UE et du plaidoyer à l’échelle régionale pour la libéralisation des restrictions et la commercialisation des produits CBD, une approche plus tolérante des produits CBD pourrait bientôt être adoptée afin de ne pas enfreindre le principe de la libre circulation des marchandises dans le marché unique européen.

Pendant ce temps, au Laos, cette tendance mondiale à reconnaître les effets bénéfiques du cannabis, et en particulier du CBD, pourrait inciter le pays à encourager le développement de produits de haute qualité contenant du CBD et à réviser son cadre juridique pour le cannabis et le CBD. La fabrication de ces produits par le Laos pourrait potentiellement apporter une croissance économique supplémentaire au pays grâce à des revenus directs, des investissements dans la recherche et le développement, la mise en place d’infrastructures scientifiques et le développement d’une expertise locale sur le sujet, qui pourraient tous favoriser des investissements directs étrangers durables dans l’avenir.

Le contenu de cet article est destiné à fournir un guide général sur le sujet. Des conseils spécialisés doivent être recherchés au sujet de votre situation particulière.

ARTICLES POPULAIRES SUR : Cannabis & Chanvre de la République Démocratique Populaire Lao