L’Uruguay est sur le point de légaliser et de commercialiser les produits comestibles au CBD

L’Uruguay est sur le point de légaliser et de commercialiser les produits comestibles au CBD

Hector Gomes, analyste LATAM, Prohibition Partners
9 juillet 2021

Pionnier une fois, pionnier toujours : telle semble bien être la devise de l’Uruguay. Un petit pays en termes de masse continentale mais une nation avec de grandes idées et une histoire de mesures audacieuses, l’Uruguay est le premier pays d’Amérique latine à envisager la légalisation des produits comestibles infusés de cannabis, entre autres changements réglementaires, visant à stimuler la l’industrie du cannabis du pays.

En 2021, alors que le monde continue de faire face à la « nouvelle normalité » et tente de se remettre économiquement de la pandémie de COVID-19, nous assistons à la diversification de l’industrie mondiale du cannabis ; les changements de réglementation, une pénétration à travers les continents, l’innovation de produits et tout en améliorant l’identification des opportunités de croissance tout au long de la chaîne d’approvisionnement, comme discuté dans notre récent webinaire sur le rapport d’extraction.

Les pays d’Amérique latine ne sont pas disposés à laisser passer cette opportunité. La Colombie et l’Argentine tentent de s’adapter aux demandes des marchés nationaux et internationaux, l’Équateur et le Pérou s’adaptent à un nouveau scénario juridique, le marché intérieur brésilien se développe malgré certains défis, et le Mexique, enfin, a voté sur sa loi en attente sur le cannabis et la légalisation des adultes -consommation de cannabis la semaine dernière.

Législation progressiste

Alors que ce sont les situations actuelles dans les pays voisins d’Amérique latine, en Uruguay, la discussion sur le cannabis est plus avancée, comme on pourrait s’y attendre pour un pays qui a légalisé le cannabis pour adultes il y a 8 ans – devenant non seulement le premier pays d’Amérique latine à le faire. donc, mais aussi le premier pays au monde, consolidant à son tour son statut de pionnier de l’industrie mondiale du cannabis.

Le mois dernier, les intentions du gouvernement uruguayen de légaliser les produits comestibles à base de cannabis non psychoactif (CBD) ont été révélées. Les modifications proposées à la réglementation actuelle permettraient la production de produits comestibles pour les ventes nationales et internationales. Les exportations, en particulier, sont un élément vital de l’industrie du cannabis du pays, l’Uruguay ayant déjà exporté vers plusieurs pays à travers le monde, dont l’Allemagne et l’Australie, comme le souligne The Latin America and Caribbean Cannabis Report : Second Edition.

D’autres changements majeurs incluraient la participation des Mutualistas, un type d’assurance maladie collective et abordable selon Carlos Lavaca, responsable du nouveau programme national de cannabis médicinal et thérapeutique du pays. Nicolás Martinelli, conseiller officiel du gouvernement pour l’industrie du cannabis, vise à propulser l’Uruguay à l’avant-garde de l’industrie mondiale, comme il l’a fait en 2013 lorsque le cannabis à usage adulte a été légalisé.

De nouvelles opportunités commerciales

D’autres objectifs consistent à faciliter les transactions financières pour les entreprises de cannabis, ainsi qu’à créer un projet lié au chanvre et à devenir potentiellement une zone de libre-échange industrielle à l’avenir, signalant l’engagement clair du gouvernement uruguayen à stimuler l’industrie du cannabis du pays.

Cette décision intervient à un moment où la demande mondiale de CBD et d’autres produits comestibles infusés au cannabis augmente rapidement, en particulier depuis le début de la pandémie de COVID-19, et certains marchés du segment arrivent à maturité, comme le souligne le CBD Consumers Report. Nous estimons que le marché mondial du CBD en vente libre atteindra 6,79 milliards de dollars US d’ici 2024.

En Uruguay, aucune date n’est actuellement fixée pour l’approbation du changement de réglementation proposé pour les produits comestibles, mais des sources locales sont optimistes quant à la possibilité qu’elle vienne le plus tôt possible. Les entreprises uruguayennes, selon des sources, sont prêtes à relever le défi et à fournir au monde à la fois du cannabis médical de haute qualité et, espérons-le bientôt, des boissons infusées au cannabis, des bonbons et d’autres produits comestibles qui peuvent à la fois améliorer l’expérience du consommateur de cannabis et fournir amplement opportunités commerciales pour stimuler la croissance de l’industrie.

Interview d’expert : Rodolfo Perdomo Rodas (Perdomo Abogados)

Le Dr Rodolfo Perdomo Rodas est chef de la Commission du commerce extérieur de la CECAM (Chambre du cannabis médicinal), qui regroupe les entreprises de l’industrie du cannabis. Il est également expert juridique, directeur du cabinet d’avocats Perdomo Abogados et conseiller de longue date de l’industrie du cannabis en Uruguay.

Interdiction Partners : En bref, quelles sont les principales modifications proposées à la réglementation actuelle ?

Rodolfo Perdomo Rodas : Nous ne sommes toujours pas sûrs de sa formulation officielle, mais, comme cela a été annoncé, les changements seraient d’une importance énorme, plaçant à nouveau le pays au premier plan mondial.

La nouvelle réglementation permettrait la production et l’enregistrement d’un grand nombre de produits comestibles contenant du CBD comme ingrédient : des chocolats aux chewing-gums, des biscuits aux boissons gazeuses, des bonbons gélifiés et même du café, des tisanes et du vin. Et la liste s’allonge chaque jour.

Le potentiel de croissance et de valeur ajoutée est aussi long que notre imagination et notre science le permettent.

Partenaires de l’interdiction : quelle est la probabilité que les modifications réglementaires soient approuvées et quand pourraient-elles entrer en vigueur ?

Rodolfo Perdomo Rodas : Il existe un sentiment de détermination et une synergie croissante entre les secteurs public et privé dans l’industrie du cannabis en Uruguay. Les entreprises du secteur espèrent avec raison que la nouvelle réglementation sera approuvée dans un laps de temps très court et entrera en vigueur immédiatement après son approbation, puisqu’il ne s’agit que d’une modification de certains décrets et, en principe, les modifications légales ne sont pas nécessairement requis.

Je suis convaincu que l’Uruguay ne manquera pas cette occasion historique.

Partenaires d’interdiction : l’Uruguay a-t-il actuellement les capacités de fabrication et la capacité d’exporter des produits comestibles et des boissons infusés au cannabis vers les marchés internationaux ?

Rodolfo Perdomo Rodas : L’Uruguay a sans aucun doute les capacités pour le faire. Côté productivité oui, et surtout ressources humaines. Logiquement, si la nouvelle réglementation est approuvée dans les termes que j’imagine, cela mériterait presque directement une augmentation de la capacité de fabrication de l’Uruguay et une énorme avance dans l’industrie.

Certes, je comprends que ces changements peuvent avoir un impact important sur l’économie uruguayenne, en favorisant l’ajout de valeur par les entreprises existantes et en attirant de nombreux investissements étrangers en Uruguay.

Interdiction Partners : Concernant les mutuelles de santé (Mutualistas), quels seraient les principaux changements pour les citoyens uruguayens qui souhaitent utiliser du CBD ou du cannabis pour soigner des maux ou des problèmes de santé ?

Rodolfo Perdomo Rodas : Je comprends que l’objectif là-bas est de faciliter l’accès aux médicaments à base de cannabis aux patients qui en ont besoin, et de collaborer avec leur professionnel de la santé, ce qui en soi serait tout un changement.

Je comprends qu’en raison de sa pertinence, le règlement fera sûrement l’objet de conversation et d’analyse avec les Mutualistas en Uruguay, qui ont une longue tradition de professionnalisme.

Pour des recherches et des conseils sur mesure ainsi que des opportunités de parrainage, contactez : info@prohibitionpartners.com.