L’interdiction du cannabis en France nuit de manière disproportionnée aux musulmans

L’interdiction du cannabis en France nuit de manière disproportionnée aux musulmans

Ces dernières années, la France s’est rapprochée de la fin de son interdiction nationale du cannabis, en vigueur depuis 1970.

La montée en puissance des « cafés CBD », le public de plus en plus nombreux appellent à la fin de la prohibition des drogues et un programme pilote de marijuana médicale en cours signalent que, dans un avenir proche, la France – le premier État membre consommateur de cannabis de l’Union européenne – pourrait légaliser le cannabis.

Mais en tant qu’érudit des liens séculaires entre le cannabis et le colonialisme, je sais que le mouvement pour légaliser la drogue a largement ignoré les groupes les plus touchés par la guerre historique de la France contre la drogue, qui, comme aux États-Unis, a ciblé de manière disproportionnée les groupes ethniques et minorités religieuses.

La guerre cachée de la France contre la drogue

Les preuves suggèrent que la prohibition du cannabis au cours des 50 dernières années a puni de manière disproportionnée la minorité musulmane de France.

Environ un cinquième des détenus français actuels ont été condamnés pour des délits liés à la drogue, selon le ministère français de la Justice – un taux comparable à celui des États-Unis. Presque tous sont des hommes.

Il n’y a pas de répartition démographique de cette population, car le credo français de « l’égalité absolue » entre les citoyens interdit depuis 1978 la collecte de statistiques fondées sur la race, l’ethnie ou la religion. Mais le sociologue Farhad Khosrokhavar, qui étudie le système carcéral français, a découvert qu’environ la moitié des 69 000 personnes incarcérées aujourd’hui en France sont des musulmans d’origine arabe.

Les musulmans ne représentent que 9 % des 67 millions d’habitants de la France.

Selon une étude de janvier 2018 commandée par l’Assemblée nationale française, sur les 117 421 interpellations pour stupéfiants en France en 2010, 86 % concernaient le cannabis. Les arrestations de cannabis augmentent également rapidement. La même étude rapporte que le nombre de personnes interpellées annuellement pour « simple usage » de cannabis en France a décuplé entre 2000 et 2015, passant de 14 501 à 139 683.

Prises ensemble, ces données et d’autres suggèrent que jusqu’à 1 prisonnier sur 6 en France aujourd’hui pourrait être un Arabe musulman qui a consommé, possédé ou vendu du cannabis.

Assassins au haschisch

L’impact disproportionné des lois françaises sur les drogues sur les hommes musulmans n’est pas surprenant étant donné que les Français associent depuis longtemps les musulmans au cannabis – en particulier au haschisch, une résine de cannabis.

Comme je l’affirme dans mon livre, « Apprivoiser le cannabis : Drogues et empire dans la France du XIXe siècle », les Français du XIXe siècle croyaient que cette drogue douce provoquait la folie, la violence et la criminalité chez les musulmans d’Afrique du Nord.

Écrivant au début des années 1800, le célèbre érudit français Antoine-Isaac Silvestre de Sacy a popularisé l’idée que le mot « assassin » était dérivé du mot arabe « hachisch » et que tous deux provenaient d’une secte musulmane appelée les Assassins d’Alamut, qui opérait pendant les croisades.

Décrits pour la première fois dans le récit de voyage italien de 1300 « Les voyages de Marco Polo », les assassins d’Alamut auraient utilisé une « potion enivrante » pour duper les fidèles en Irak et en Syrie afin qu’ils deviennent des assassins. Sacy pensait que la potion était faite à partir de haschich, citant des références arabes contemporaines à la secte comme « al-Hashishiyya », ou « mangeurs de haschisch ».

Ces assassins, a soutenu Sacy, « ont été spécifiquement élevés pour tuer » par leur chef, connu sous le nom de Vieil Homme de la Montagne. Ils ont été nourris de haschisch pour s’assurer « une résignation absolue à la volonté de leur chef ».

Bien qu’en grande partie une fiction, les affirmations de Sacy sur les assassins musulmans consommateurs de cannabis ont gagné du terrain en France, en particulier en médecine.

Haschisch. Mjpresson/Wikimedia Commons, CC BY-SA

Au milieu du XIXe siècle, des dizaines de médecins ont cité les travaux de Sacy dans leurs recherches. Ils croyaient que la science pharmaceutique occidentale pouvait « apprivoiser » le haschisch pour que les médecins l’utilisent pour traiter des maladies telles que la folie, la peste et le choléra.

Le haschich médical, principalement sous forme de teinture, a prospéré en France dans les années 1830 et 1840.

Mais les Français ont rapidement été déçus par leur médicament miracle. Le cannabis, nous le savons maintenant, atténue les symptômes de certaines maladies, mais il n’a pas guéri le choléra, l’une des maladies les plus redoutées du XIXe siècle.

Au fur et à mesure que les échecs thérapeutiques augmentaient et que de nombreuses philosophies médicales qui sous-tendaient l’utilisation du haschich devenaient obsolètes en France à la fin du 19e siècle, son utilisation en tant que médicament a en grande partie pris fin. En 1953, la France a interdit le haschich médical.

La folie des reefers coloniaux

Le lien entre le haschich et les musulmans violents était cependant ancré dans la conscience nationale. Et cela a influencé la politique publique française pendant des décennies.

Les fonctionnaires et les médecins de l’Algérie coloniale française, considérant l’utilisation du haschich comme une cause de folie et de criminalité violente, ont rempli les hôpitaux psychiatriques à travers l’Algérie de musulmans locaux supposés souffrir de « folie haschischique » – en gros, « la folie des frigos ».

Une telle réflexion a également contribué à justifier la création du Code de l’Indigènat en 1875, une loi française qui a institutionnalisé le racisme et l’apartheid en Afrique du Nord française en désignant officiellement les musulmans comme sujets plutôt que comme citoyens.

Au nom de la promotion de « l’ordre colonial », la France a établi des codes juridiques séparés et inégaux qui encourageaient la ségrégation, le travail forcé et les restrictions des droits civiques des musulmans et des autres Africains.

L’association stigmatisante entre musulmans, haschisch et criminalité a persisté après la fin de l’Empire français en 1968. Elle a suivi les Nord-Africains émigrés en France, que l’on croyait sujets à la violence et à la criminalité et, à ce titre, soumis à la surveillance gouvernementale, aux interrogatoires et force policière excessive.

Les parlementaires français cherchant à criminaliser le cannabis à la fin des années 1960 ont adopté ces vues discriminatoires.

Ils ont décrit le problème croissant de la drogue dans le pays comme un « fléau étranger » propagé par les trafiquants de drogue arabes. Un membre de l’Assemblée nationale française a même cité Sacy, rappelant à ses collègues législateurs que le cannabis avait soi-disant autrefois inspiré un culte de meurtriers musulmans appelé les « Hachichins ».

Les législateurs français d’aujourd’hui n’utiliseraient probablement pas une telle recherche discréditée ou un langage stigmatisant pour relier les musulmans au cannabis. Mais le nombre de musulmans emprisonnés pour des délits liés à la drogue suggère que ce racisme historique est bel et bien vivant en France.

Si la France décide de réglementer le cannabis légal, de nombreux médecins, fumeurs de cannabis et économistes libertaires s’en réjouiront sûrement. Mais ce sont peut-être les musulmans français qui en profitent le plus.

Il s’agit d’une version mise à jour d’un article publié le 7 août 2019.

Cet article est republié de The Conversation sous une licence Creative Commons. Lire l’article d’origine.