Lettre de Kit Malthouse au président de l’ACMD (version accessible)

Lettre de Kit Malthouse au président de l’ACMD (version accessible)

Professeur Owen Bowden-Jones

Président, Conseil consultatif sur l’usage abusif des drogues

c / o 4e étage, bâtiment Peel

2 rue Marsham

Londres

SW1P 4DF

Par email uniquement ACMD@homeoffice.gov.uk

11 janvier 2021

Cher Owen,

Conseils sur les produits de consommation CBD (Cannabidiol)

Comme vous le savez, la lutte contre l’abus de drogues et les méfaits qu’elle cause demeure une priorité absolue pour ce gouvernement. Le Home Office tient à s’inspirer des conseils de l’ACMD sur la question des produits CBD qui ne sont pas des médicaments. Il y a eu une prolifération de ces produits disponibles en ligne et dans la rue ces dernières années. Bien qu’en tant que substance isolée, le CBD ne soit pas un médicament contrôlé, il existe des preuves récentes que de nombreux produits disponibles contiennent des cannabinoïdes contrôlés et qu’il est difficile d’isoler le CBD pur. Le gouvernement n’envisage actuellement pas d’examiner le statut de la CDB elle-même au regard de la législation pharmaceutique.

Il n’y a actuellement pas de cadre juridique en place exonérant spécifiquement les produits à base de CBD du contrôle en vertu de la loi de 1971 sur l’utilisation abusive de drogues, et dans cet esprit, le gouvernement souhaite explorer la possibilité de créer une exemption spécifique dans le règlement de 2001 sur l’utilisation abusive de drogues (‘ le Règlement de 2001 ‘) pour les produits CBD qui ne contiennent pas plus d’un pourcentage défini de traces de cannabinoïdes contrôlés. Principalement THCV, Δ9-THC et CBN et le cannabinoïde Δ9THCA-A. Nous sommes intéressés de savoir si vous pensez que d’autres cannabinoïdes contrôlés doivent également être pris en considération.

Le gouvernement a l’intention de modifier le règlement de 2001 pour autoriser les produits à base de CBD qui ne contiennent pas plus d’un pourcentage défini de traces de certains cannabinoïdes contrôlés en tant qu’impureté. De plus, nous sommes disposés à modifier la définition de «produit exempté» en vertu du règlement de 2001 pour donner effet à l’intention entourant son introduction, à savoir d’exempter uniquement les produits utilisés à des fins scientifiques ou diagnostiques qui contiennent une quantité et une proportion extrêmement faibles de médicaments, mais exclut sans ambiguïté les produits de consommation et tous les produits destinés à la consommation humaine, autres que la recherche scientifique. Nous demandons à l’ACMD de fournir des conseils sur la manière dont la définition de produit exempté dans le Règlement sur le détournement de médicaments peut être modifiée pour s’appliquer uniquement à l’équipement de diagnostic ou à la recherche scientifique, comme prévu à l’origine.

En ce qui concerne cette trace, nous proposons que le pourcentage de trace défini dans les produits CBD soit fixé à un niveau qui sera compris entre 0,01% et 0,0001% en poids par cannabinoïde contrôlé. Le niveau précis sera déterminé à la suite de conseils scientifiques complémentaires. Compte tenu de la disponibilité limitée actuelle des produits chimiques de référence, nous considérons que la capacité analytique sera probablement mieux concentrée sur la quantification du THCV, du Δ9-THC, du CBN et du Δ9THCA-A plutôt que sur tous les cannabinoïdes contrôlés qui pourraient être autorisés à être présents à l’état de traces. . Le gouvernement a l’intention de travailler plus avant avec le secteur de la médecine légale pour aider à déterminer la méthode d’analyse et à définir avec précision la quantité de traces. Le 0,01-0,0001% par niveau de cannabinoïde contrôlé nommé (ou inférieur) est proposé sur la base de preuves et sera sujet à une confirmation supplémentaire de notre part que les producteurs responsables sont capables de produire du CBD à ce niveau de pureté, et cela se situe dans le capacités du secteur des sciences judiciaires à quantifier de manière cohérente et abordable.

Afin de maintenir le niveau de cannabinoïdes contrôlés dans les produits CBD à un niveau de trace inévitable, nous demandons à l’ACMD de considérer la dose maximale pour tout effet non négligeable pour le THCV, le Δ9-THC et le CBN et le cannabinoïde Δ9THCA-A. Nous recherchons d’autres conseils scientifiques sur la capacité analytique de tester une teneur en cannabinoïdes de 0,01 à 0,0001% en poids ou moins par cannabinoïde spécifié. En particulier, nous demandons à l’ACMD d’examiner si ces produits seraient susceptibles de faire l’objet d’abus ou d’avoir des effets néfastes, et si les substances réglementées pourraient, dans la pratique, être récupérées à partir de ces produits.

Kit Malthouse MP

Ministre d’État chargé de la criminalité et de la police