Le CBD atténue-t-il les méfaits du cannabis ?

Le CBD atténue-t-il les méfaits du cannabis ?

Le cannabis est une drogue psychédélique de plus en plus légalisée dans le monde occidental à des fins médicinales et récréatives. Simultanément, des préparations médicamenteuses plus puissantes sont utilisées en termes de concentrations de ∆9-tétrahydrocannabinol (THC). Le THC est connu pour provoquer des effets indésirables aigus et peut entraîner des déficiences à long terme lorsqu’il est utilisé régulièrement à fortes doses.

Une récente étude de neuropsychopharmacologie cherche à savoir si ces effets indésirables pourraient être atténués en augmentant les concentrations de cannabidiol (CBD) dans ces produits.

Étude : Le cannabidiol rend-il le cannabis plus sûr ? Un essai randomisé, en double aveugle et croisé sur le cannabis avec quatre ratios CBD:THC différents. Crédit d’image : IRA_EVVA / Shutterstock.com

Introduction

Il a été rapporté que les consommateurs de cannabis qui ont une faible fréquence de consommation développent une perte aiguë de mémoire et d’attention avec des préparations de cannabis à haute teneur en THC, ainsi que des symptômes psychotiques. Sur des périodes de consommation plus longues, cela pourrait entraîner une plus grande probabilité de psychose et de développer un trouble lié à la consommation de cannabis.

En tant que produit chimique, le CBD ne parvient pas à affecter les fonctions cognitives et à prévenir le développement de la psychose, le risque étant tous deux plus faible chez les consommateurs qui fument du cannabis à forte teneur en CBD, quelle que soit leur fréquence d’utilisation. Lorsque le CBD est administré pour la première fois, suivi du THC, il a été rapporté que la mémoire et les effets psychotiques du THC sont atténués chez les utilisateurs légers, mais pas avec une utilisation fréquente.

À propos de l’étude

La présente étude examine les effets aigus du cannabis à quatre doses différentes de CBD par rapport au THC. Ces ratios CBD:THC de 0:1, 1:1, 2:1 et 3:1 ont été testés chez 46 volontaires sains âgés de 21 à 50 ans qui consommaient peu de cannabis. Plus précisément, les participants à l’étude avaient utilisé le médicament une fois ou plus dans le passé, mais pas plus d’une fois par semaine au cours de la dernière année.

Aucun des participants à l’étude n’avait de trouble lié à l’utilisation de substances ou n’utilisait de cannabinoïdes synthétiques.

L’étude actuelle a suivi un schéma randomisé en double aveugle utilisant du cannabis vaporisé contenant 10 mg de THC et 0, 10, 20 ou 30 mg de CBD. Les chercheurs ont évalué leurs effets sur la cognition concernant le rappel verbal à l’aide de la tâche d’apprentissage verbal de Hopkins. Simultanément, les symptômes psychotiques ont été évalués à l’aide de la sous-échelle positive de l’échelle des syndromes positifs et négatifs (PANSS).

Les participants à l’étude ont d’abord inhalé du cannabis, après quoi ils ont effectué un ensemble de tâches cognitives et ont été évalués pour les effets agréables en fonction de leur plaisir du chocolat et de la musique par rapport à la ligne de base. Les participants ont ensuite été invités à acheter quelque chose dans un magasin de l’hôpital.

Après cela, les participants à l’étude ont eu le temps de faire disparaître les effets du médicament. Enfin, ils ont rempli des questionnaires pour décrire leurs expériences psychologiques, y compris les pensées de persécution, l’auto-évaluation des pensées psychotiques et une échelle visuelle analogique pour leurs sentiments subjectifs suite à la consommation de drogue.

Enfin, ils ont passé un entretien pour appliquer le PANSS-P.

Qu’a montré l’étude ?

Dans tous les cas, les concentrations maximales de THC et de métabolites du THC dans le sang étaient similaires. Cependant, les niveaux de pointe de CBD ont augmenté avec le rapport THC:CBD.

Le THC a exercé les mêmes effets à tous les ratios, avec un rappel verbal immédiat et retardé altéré par rapport à la ligne de base, indépendamment de la présence ou du ratio de CBD. Ici, le THC a induit des taux plus élevés de pensées intrusives de type psychotique, à la fois immédiates et différées.

Les effets psychotiques positifs étaient significativement plus importants après l’inhalation, la moitié du total des participants montrant une augmentation de leurs scores PANSS-P de trois points par rapport à la ligne de base à tous les ratios et sans différences significatives entre les ratios. Les pensées psychotiques ont également augmenté dans la cohorte sans aucune différence entre les différents ratios.

Cependant, les pensées de persécution n’ont pas augmenté avec l’utilisation du médicament, quel que soit le ratio.

D’autres tests ont montré que les effets agréables ou l’euphorie étaient uniformément répartis, quel que soit le rapport CBD:THC. De plus, la sensation euphorique n’était pas corrélée avec les taux plasmatiques de l’un ou l’autre des composés.

Bien que la fréquence cardiaque ait augmenté après l’inhalation, il n’y a eu aucun changement de pression artérielle ou de température. Cependant, la toux pendant l’inhalation était significativement plus importante avec la dose de CBD. De plus, avec des périodes plus longues nécessaires pour inhaler la dose complète, les concentrations maximales ont été réduites à des rapports CBD:THC plus élevés.

Quelles sont les implications ?

La co-administration de CBD avec du THC n’a eu aucun effet sur l’induction de troubles cognitifs ou de symptômes psychotiques suite à la consommation de cannabis.

De plus, la présence de CBD à des ratios croissants n’a pas modifié le sentiment subjectif d’être planant ou les effets agréables du THC.

L’étude actuelle est importante, car elle a mesuré ces effets en utilisant les ratios CBD:THC habituellement trouvés dans le cannabis récréatif ou médicinal. Malheureusement, plusieurs participants ont abandonné lors de la première visite, d’autant plus avec le rapport 3:1, en raison des effets intolérablement désagréables du médicament.

Les autres participants à l’étude ont peut-être été moins sensibles au cannabis, en particulier au CBD, mais ont tout de même enregistré des changements significatifs dans les tests cognitifs et psychologiques.

L’observation principale selon laquelle le CBD ne module pas les effets psychotiques ou cognitifs du THC corrobore des études antérieures ; cependant, deux études précédentes ont signalé un affaiblissement de ces effets avec le CBD. Ceux-ci utilisaient des doses plus importantes de CBD qui sont souvent supérieures à celles habituellement présentes dans le cannabis médicinal ou récréatif. De telles doses peuvent nécessiter des voies d’administration sans inhalation.

À l’inverse, une étude précédente a rapporté un risque réduit avec des ratios CBD:THC plus élevés, ce qui peut s’expliquer par le fait que les plantes qui produisent du cannabis avec des ratios plus élevés le font en produisant plus de CBD au détriment du THC, car les deux proviennent du même composé précurseur.

Le prétendu risque réduit lié à l’utilisation de variétés riches en CBD peut donc ne pas être un effet de la teneur élevée en CBD, mais en raison de la teneur relativement faible en THC.

Les résultats de l’étude montrent que le CBD n’offre aucune protection contre les effets aigus du THC ; cependant, sa protection potentielle à long terme reste à étudier. Pendant ce temps, il semble que la teneur en CBD ne soit pas un facteur critique dans la réglementation ou la définition des formulations de cannabis et ne puisse pas atténuer les effets néfastes du THC.

Référence de la revue :

Englund, A., Oliver, D., Chesney, E., et al. (2022). Le cannabidiol rend-il le cannabis plus sûr ? Un essai randomisé, en double aveugle et croisé sur le cannabis avec quatre ratios CBD:THC différents. Neuropsychopharmacologie. doi : 10.1038/s41386-022-01478-z.