La France lève l’interdiction des fleurs alors que le cadre de la CDB progresse

La France lève l’interdiction des fleurs alors que le cadre de la CDB progresse

Le Conseil d’État français a officiellement levé l’interdiction de vente de fleurs de chanvre utilisées pour produire du CBD et d’autres cannabinoïdes, finalisant l’annulation d’une décision gouvernementale de 2021.

Le Conseil, qui conseille le gouvernement sur la législation et fait office de cour suprême en matière de justice administrative, a jugé que l’interdiction de la commercialisation des sommités était « disproportionnée » car la vente de CBD sous forme de feuilles et de fleurs ne présente pas de risque. à la santé publique.

La décision fait partie d’une série de développements sur la voie de la légalisation du CBD en France, qui deviendra certainement l’un des plus grands marchés d’Europe dans les prochaines années.

La Cour de cassation française – la haute juridiction française – a jugé en juin 2021 que la vente de CBD ne « crée pas de risque pour la santé publique » qui pourrait justifier son interdiction. « La nocivité d’autres molécules présentes dans les fleurs et les feuilles de cannabis, en particulier le CBD, n’a pas été établie », a déclaré la haute juridiction, ajoutant que le CBD avait des « propriétés relaxantes et des effets anticonvulsivants, mais n’avait pas d’effet psychotrope ». et ne cause pas de dépendance.

La fleur est libérée

Néanmoins, lorsque le gouvernement a suivi la décision du tribunal et autorisé la vente de produits contenant du CBD dans un décret de décembre 2021, il a également interdit la vente de fleurs de chanvre sous leur forme brute.

Le Conseil d’État a temporairement suspendu le décret en janvier 2022 sous la pression des producteurs et agriculteurs. Le décret malavisé est maintenant définitivement retiré et lancera la France dans un processus de normalisation du marché qui devrait prendre au moins quelques années.

Le Conseil a également repoussé les craintes des services de police qui ont déclaré que la légalisation des feuilles de chanvre rendrait difficile la distinction entre le chanvre non psychoactif et la marijuana, et compliquerait donc l’application de la loi. Ce problème potentiel est gérable grâce à des tests rapides de THC, a déclaré le Conseil.

« Consécration » de la loi

Alors que la France a tardé à adopter le CBD, c’est, ironiquement, une affaire française qui a poussé la Commission européenne à modifier son évaluation du CBD pour déclarer que le composé n’est pas un stupéfiant, que les produits au CBD devraient bénéficier de la même libre circulation des marchandises entre et parmi les pays de l’UE comme d’autres produits légaux, et que le CBD peut être qualifié d’aliment. Les pays de l’UE continuent d’élaborer des lois et réglementations nationales conformément au dernier mot de la CE.

Charles Morel, président de l’Union des professionnels du CBD, estime que la vente de fleurs représente généralement 75 % du chiffre d’affaires pour environ 2 000 magasins spécialisés en France.

« Avec cette décision, c’est tout un secteur qui est sauvé. Nous ne comprenons pas pourquoi il a été la cible d’une politique prohibitionniste totalement incohérente et déconnectée de la réalité, et a voulu s’attaquer à un produit insubstantiel », a déclaré Morel aux USAinformations. « C’est la consécration de l’Etat de droit. »

Marché de 300 millions d’euros

Le sous-secteur français du CBD pourrait générer un chiffre d’affaires annuel potentiel de 300 millions d’euros, selon un groupe sénatorial qui a fait adopter une récente résolution visant à façonner l’ensemble de l’industrie du chanvre. La réglementation devrait progresser au début de l’année prochaine à la suite de la résolution, en vertu de laquelle le gouvernement doit établir des réglementations spécifiques pour le secteur du CBD, déclarer le chanvre compatible avec la politique agricole commune de l’UE et développer une stratégie pour l’industrie.

Les autorités doivent encore fixer le niveau de THC pour les aliments contenant du CBD, qui n’était pas inclus dans le décret original de décembre 2021. Ce décret fixait le niveau de THC dans les extraits, mais n’établissait pas de référence en matière de THC pour les aliments contenant le composé.

Processus de deux ans

Un premier jugement sommaire sur la résolution du Sénat est attendu au début de cette année, et le Conseil d’État rendrait ensuite un avis définitif sur le cadre CBD d’ici quelques semaines. Cependant, les parties prenantes ont déclaré que l’approbation du plan de la France par la Commission européenne n’est pas attendue avant la fin de 2024 au plus tôt.

Les agriculteurs français ont cultivé le chanvre principalement pour la semence de culture, et la fibre pour produire des matériaux de construction et du papier, tous des sous-secteurs dans lesquels les Français sont leaders en Europe. Alors que le pays est le troisième plus grand producteur de chanvre au monde et le plus grand de l’UE, les champs actuels ne font que 22 000 hectares (54 000 acres).

UIVEC, un groupe commercial d’extraits, a estimé qu’environ 300 à 500 hectares de chanvre, principalement sur de petites parcelles, étaient cultivés pour les fleurs productrices de CBD en 2022.