Grootfontein va expulser les vendeurs de CBD

Le conseil municipal de Grootfontein s’est adressé à la Haute Cour pour l’obliger à expulser les vendeurs de rue de la ville après que les colporteurs aient refusé de quitter le quartier central des affaires.

Le conseil municipal fait valoir que des vendeurs de rue occupaient illégalement le quartier central des affaires (CBD) et plusieurs rues de la ville.

Dans des documents devant le tribunal, la ville affirme que les vendeurs, qui vendent principalement des denrées périssables et des bibelots, ont commencé à occuper diverses rues autour du CBD de la ville en novembre 2020.

Les vendeurs auraient occupé les lieux sans l’autorisation de la ville.

Des colporteurs exerceraient leurs activités dans les rues Hage Geingob, Hidipo Hamutenya, Sam Nujoma, Andimba Toivo ya Toivo et Kavango.

La ville a tenté d’amener les propriétaires de petites entreprises à quitter la zone et à déménager dans une autre zone « appropriée » en écrivant un avis, mais ils auraient refusé de répondre à l’appel.

Ainsi, les vendeurs occupent illégalement le terrain et le commercialisent illégalement.

Selon la municipalité, il est difficile de localiser les vendeurs pour obtenir leurs coordonnées afin qu’ils aient la possibilité de se défendre devant les tribunaux.

« Les accusés (vendeurs) sont nombreux et nous avons observé qu’ils délocalisaient à plusieurs reprises leurs positions commerciales dans la zone », a déclaré l’autorité locale.

En 2020, ce journal rapportait que les marchands ambulants avaient refusé de s’installer dans un marché ouvert temporaire nouvellement créé en face du centre commercial Otjivanda de la ville.

À l’époque, les vendeurs ont fait valoir que la zone était trop petite et insalubre. En outre, ils ont déclaré que le marché ouvert n’était pas stratégiquement situé, et qu’il n’était donc pas économiquement viable. Ainsi, les commerçants craignaient de subir des pertes en opérant dans l’installation, qui se trouve à environ un kilomètre de la route principale d’Okavango qui traverse le cœur de la ville.

Pour montrer leur dédain, environ 200 vendeurs de rue ont organisé une manifestation, suggérant que de l’espace supplémentaire soit créé pour accueillir les plus de 600 commerçants.

La requête sera devant le tribunal le 20 octobre pour une audience sur l’état des lieux devant le juge Orben Sibeya.

-mamakali@nepc.com.na

2022-10-17 Maria Amakali