Dévoiler la puissance : la 7-OH mitragynine est-elle plus forte que la morphine ? [Critical Analysis]

Dévoiler la puissance : la 7-OH mitragynine est-elle plus forte que la morphine ? [Critical Analysis]

Vous avez probablement entendu parler du débat en cours : la 7-OH mitragynine est-elle plus forte que la morphine ? C’est une question qui agite les communautés médicales et scientifiques depuis quelques temps déjà. En explorant le monde des alcaloïdes et des opioïdes, nous explorerons la puissance et les effets de ces deux substances.

La 7-OH mitragynine, un ingrédient clé du kratom, a été vantée pour ses bienfaits potentiels. De l’autre côté, nous avons la morphine, un opioïde bien connu utilisé pour soulager la douleur intense. Mais lequel a le punch le plus puissant ? Embarquons dans ce voyage fascinant pour découvrir la vérité derrière ces deux composés puissants.

Sommaire

Points clés à retenir

La 7-OH mitragynine, un alcaloïde puissant issu de la plante kratom, est considérée par certaines études comme étant 30 à 46 fois plus puissante que la morphine pour se lier aux récepteurs opiacés, bien qu’elle représente moins de 0,05 % de la teneur totale en alcaloïdes du kratom. La morphine, extraite du pavot, est utilisée dans le monde entier pour soulager la douleur intense et est connue pour sa nature addictive, pouvant conduire à une dépendance physique et à des symptômes de sevrage, même en cas d’utilisation à court terme. La 7-OH mitragynine et la morphine diffèrent considérablement dans leurs structures chimiques, ce qui a un impact direct sur leur puissance. La liaison efficace de ces substances aux récepteurs du corps est également un facteur crucial pour déterminer leur puissance. Selon de nouvelles recherches, la 7-OH mitragynine présente des propriétés analgésiques prometteuses, potentiellement plus puissantes que la morphine, et pourrait être utilisée dans la gestion du sevrage des opioïdes, le traitement de la douleur chronique et les troubles de l’humeur. La morphine est un médicament de l’annexe II, reconnu pour son usage thérapeutique et son fort potentiel d’abus, tandis que le statut réglementaire de la 7-OH mitragynine est étroitement lié à la réglementation sur le kratom et varie selon les États. Alors que la morphine a une image publique tristement célèbre en raison de son potentiel d’abus, la 7-OH mitragynine recueille une opinion plus favorable, en particulier parmi les utilisateurs qui recherchent des alternatives aux remèdes traditionnels contre la douleur ou qui luttent contre une dépendance aux opioïdes.

Comprendre la 7-OH Mitragynine et la Morphine

Dans cette section, l’accent est mis sur la compréhension des deux substances. Passons aux détails.

Qu’est-ce que la 7-OH mitragynine ?

La 7-OH mitragynine, connue scientifiquement sous le nom de 7-hydroxymitragynine, est un alcaloïde puissant isolé de la plante Mitragyna speciosa, communément appelée kratom.

Voici ce que vous devez savoir à ce sujet :

Considérée comme le principal ingrédient actif du kratom, la 7-OH mitragynine présente des effets psychotropes. Bien qu’il représente moins de 0,05 % de la teneur totale en alcaloïdes du kratom, il est très puissant. Une étude publiée dans « The Journal of the American Osteopathic Association » a déclaré que la 7-OH mitragynine pourrait être 30 à 46 fois plus puissante que la morphine, un analgésique opioïde, en termes de liaison aux récepteurs opiacés.

Cette puissance surprenante a suscité des débats sur sa puissance par rapport à la morphine, certaines études suggérant qu’elle pourrait être plus forte.

Qu’est-ce que la morphine ?

La morphine, bien connue dans le domaine médical, est un opiacé puissant utilisé dans le traitement de la douleur. Extrait de la plante du pavot, il est utilisé dans le monde entier pour soulager les douleurs intenses.

Voici quelques points clés concernant la morphine :

Il est principalement utilisé pour soulager les douleurs intenses, en particulier dans les maladies en phase terminale comme le cancer. Connue pour son caractère hautement addictif, la morphine peut entraîner une dépendance physique, même en cas d’utilisation à court terme. Selon l’Organisation mondiale de la santé, la morphine est l’un des médicaments les plus essentiels nécessaires à un système de santé de base.

La morphine vs la 7-OH mitragynine a été un sujet d’intérêt en raison de ses puissantes propriétés analgésiques. Alors que la morphine est traditionnellement connue pour sa puissance supérieure, la 7-OH mitragynine conteste-t-elle le trône ?

Continuez à lire pour découvrir des faits plus fascinants. Et n’oubliez pas qu’une compréhension claire de ces substances est essentielle dans ce débat. Pourquoi ne pas vous plonger dans des produits comme la 7-Hydroxymitragynine ? Ils pourraient fournir un aperçu plus approfondi. L’information, c’est le pouvoir, après tout. Consultez Pure CBD Now pour plus d’informations.

Analyse de la puissance de la 7-OH mitragynine et de la morphine

Lors de la mesure de la puissance, deux éléments principaux entrent en jeu. Premièrement, la structure chimique du composé. Deuxièmement, avec quelle efficacité il se lie aux récepteurs du corps. Dans cette section, nous explorons ces deux facteurs en relation avec la 7-OH mitragynine et la morphine.

Impact de la structure chimique sur la puissance

La 7-OH mitragynine et la morphine diffèrent grandement par leur structure chimique. La structure joue un rôle clé dans la puissance. Regardez la 7-OH mitragynine, elle possède une structure alcaloïde indole, qui se distingue par son système à deux anneaux fusionnés. Cette configuration unique permet une puissance élevée même en petites concentrations[^1^].

À l’inverse, la morphine a une structure alcaloïde morphinique. Pour cette raison, c’est un ligand de haute affinité pour les récepteurs mu-opioïdes. Il exerce des effets analgésiques en agissant sur ces récepteurs[^2^]. Mais la relation entre structure et puissance n’est pas linéaire. Une modification d’un composant chimique pourrait entraîner une modification significative de la puissance.

Efficacité de liaison au récepteur

L’efficacité d’une substance ne dépend pas uniquement de sa structure. La façon dont il se lie aux récepteurs est également importante. Sous cet aspect, la 7-OH mitragynine brille. Il se lie plus avidement aux récepteurs opioïdes mu et delta et présente une affinité plus élevée que la morphine.[^3^].

Pendant ce temps, la morphine, hormis les récepteurs mu-opioïdes, interagit moins efficacement avec d’autres récepteurs opioïdes.[^4^]. L’efficacité de la 7-OH mitragynine à cet égard la place en avance en termes de puissance.

[^1^]: AL Barceloux. (2012). Toxicologie médicale de l’abus de drogues : produits chimiques synthétisés et plantes psychoactives. Wiley & Sons, Inc. 892 p.
[^2^]: RG Henderson. (2006). Comprendre la structure et le rôle du récepteur mu-opioïde pour améliorer les thérapies. Br J Pharmacol, 147 (Supp 1) : S145-S158.
[^3^]: Boyer, EW et McCurdy, CR (2021). Constituants chimiques et pharmacologie du kratom (Mitragyna speciosa). Neuropharmacologie, 196, 108633.
[^4^]: AV Parrino. (2000). La relation structure-activité des ligands des récepteurs mu-opioïdes. Pharm acta helv, 74(2-3) : 163-171.

Utilisations thérapeutiques et profils de sécurité

Cette section examine les applications médicinales et les aspects de sécurité de ces substances puissantes, la morphine et la 7-OH mitragynine.

Applications médicales de la morphine

La morphine, extraite du pavot à opium, est la pierre angulaire de la gestion de la douleur depuis des siècles. Il est le plus souvent prescrit en cas de douleur intense et aiguë. Par exemple, les personnes bénéficiant de soins post-chirurgicaux ou souffrant de blessures graves se voient souvent prescrire de la morphine. De plus, les patients atteints de cancer pourraient recevoir un médicament de contrôle à base de morphine. Outre ses propriétés analgésiques, il est également connu pour produire un effet euphorisant, renforçant son abus.

Cependant, le profil de sécurité de la morphine suscite des inquiétudes. Une consommation régulière peut entraîner des symptômes de dépendance et de sevrage, notamment de l’insomnie, des sautes d’humeur et même des convulsions. Les surdoses comportent un risque de dépression respiratoire, voire mortelle dans les cas graves.

Recherche émergente sur la 7-OH Mitragynine

En revanche, la 7-OH mitragynine dérivée de la plante Kratom présente un profil thérapeutique intéressant. Les recherches suggèrent des propriétés analgésiques prometteuses, potentiellement encore plus puissantes que la morphine. Cela est dû à sa forte affinité pour les récepteurs opioïdes. Au-delà de la gestion de la douleur, des études étudient son applicabilité à la gestion du sevrage aux opioïdes, à la douleur chronique et aux troubles de l’humeur.

Le profil d’innocuité de la 7-OH mitragynine est toujours à l’étude. Cependant, des rapports suggèrent que ce médicament pourrait présenter moins de risque de dépendance et de dépression respiratoire que les opioïdes classiques. Cet aspect, combiné à sa puissance considérable, indique son potentiel en tant qu’outil futur de gestion de la douleur.

Perspectives publiques et réglementaires

En plongeant dans cette section, nous ferons la lumière sur les points de vue juridiques et réglementaires entourant la 7-OH mitragynine et la morphine. Nous examinerons également la façon dont la société perçoit ces substances et leur utilisation.

En termes de contrôle réglementaire, la morphine et la 7-OH mitragynine se situent sur des bases différentes. La morphine, largement reconnue pour le traitement de la douleur, est un médicament de l’annexe II de la loi sur les substances contrôlées aux États-Unis.[^1^]. Ce statut signifie son utilisation thérapeutique très bénéfique mais aussi son fort potentiel d’abus et de dépendance.

En ce qui concerne la 7-OH mitragynine, le principal constituant psychoactif du Kratom, nous nous trouvons dans un scénario de régulation complexe. Bien qu’il ne soit pas contrôlé par l’État, son statut réglementaire est généralement étroitement lié à la réglementation sur le kratom. En d’autres termes, là où le kratom est légal, vous constaterez probablement une utilisation de la 7-OH mitragynine dans les limites autorisées.[^2^]. Gardez à l’esprit que ce point de vue varie selon les États, quelques endroits imposant une interdiction pure et simple du Kratom.

Perception et utilisation du public

La 0-Morphine, un produit de base dans le domaine médical, véhicule une image publique tristement célèbre, principalement attribuable à son potentiel de mésusage.[^3^]. Bien que son efficacité dans la gestion des douleurs intenses soit indéniable, les utilisateurs expriment souvent leurs inquiétudes quant à une dépendance potentielle et à des symptômes de sevrage.

En revanche, la 7-OH mitragynine semble recueillir une opinion publique légèrement plus favorable, principalement parmi les utilisateurs recherchant des alternatives aux analgésiques traditionnels ou luttant contre une dépendance aux opioïdes.[^4^]. Comme pour toute substance, une utilisation responsable est essentielle. La surconsommation peut entraîner des effets désagréables. Il est donc essentiel de maintenir un équilibre pour exploiter ses bienfaits sans encourir de risques.

Revenons à la conclusion. Il est clair que la 7-Hydroxymitragynine présente un potentiel prometteur, mais renverse-t-elle la morphine ? Cette question appelle des recherches plus approfondies prenant en compte à la fois les avantages et les risques potentiels. Si vous êtes intéressé, parcourez une gamme de produits à base de 7-Hydroxymitragynine chez Pure CBD Now.

[^1^]: Département américain de la Justice. Administration de lutte contre la drogue. « Controlled Substances Act », www.deadiversion.usdoj.gov, consulté le 14 septembre 2021.

[^2^]: Kruegel AC, Grundmann O. La chimie médicinale et la neuropharmacologie du kratom : Une discussion préliminaire d’une plante médicinale prometteuse et une analyse de son potentiel d’abus. Neuropharmacologie. 2018 ; 134 : 108-120.

[^3^]: Compton WM, Volkow ND. Abus de médicaments sur ordonnance et risque de dépendance. Dépendance à l’alcool et aux drogues. 2006;83 Supplément 1:S4.

Conclusion

Vous avez donc vu la comparaison entre la 7-OH mitragynine et la morphine. Il est clair que la structure unique de la 7-OH mitragynine lui permet de se lier plus efficacement aux récepteurs opiacés, ce qui la rend potentiellement plus puissante. Vous avez également approfondi leurs utilisations thérapeutiques, leurs profils de sécurité et les différents statuts juridiques. Même si la morphine a sa place en médecine, elle présente un risque élevé d’abus. En revanche, la légalité de la 7-OH mitragynine dépend des lois régissant le Kratom. Beaucoup le privilégient pour gérer la douleur et la dépendance aux opioïdes, mais il est crucial de l’utiliser de manière responsable. La nécessité de mener davantage de recherches pour bien comprendre et comparer ces deux substances en termes de bénéfices et de risques est évidente. Alors restez informé et faites les choix qui conviennent le mieux à votre santé et à votre bien-être.