Développer une économie du cannabis sur la Terre Blanche

Développer une économie du cannabis sur la Terre Blanche

Dans le nord-ouest du Minnesota, la réserve indienne de White Earth abrite l’une des voix les plus éminentes du pays pour la restauration des terres autochtones et la survie culturelle – Winona LaDuke. En 1989, elle a fondé le White Earth Land Recovery Project pour racheter des terres de réserve usurpées pour le peuple Anishinaabeg (également connu sous le nom d’Ojibwe ou, par la corruption anglaise, Chippewa). Ancienne membre du conseil d’administration de Greenpeace USA, elle a une voix nationale en tant que coprésidente du Réseau des femmes autochtones et de sa propre fondation Honor the Earth.

LaDuke considère ses efforts à White Earth comme un modèle pour ce qu’elle appelle un «Green New Deal autochtone». Elle désigne l’installation de fabrication de panneaux solaires de la réserve, 8th Fire Solar. «Nous avons acheté une technologie de pointe et avons commencé la fabrication à l’automne dernier», explique-t-elle à Project CBD.

Cette vision inclut également le chanvre. LaDuke a créé l’Institut agricole Anishinaabe pour promouvoir la culture du chanvre sur la Terre Blanche. Elle cultive maintenant six variétés de chanvre sur 20 acres – à la fois sur sa propre ferme et sur les terres de réserve adjacentes appartenant au White Earth Land Recovery Project. Maintenant dans sa cinquième année de culture, elle se concentre sur les variétés de fibres et espère développer un marché parmi d’autres peuples autochtones. «Les Navajo sont intéressés à acheter de la fibre de chanvre pour tisser des tapis», dit-elle.

Elle a également fourni des semences aux futurs cultivateurs de chanvre sur la réserve Rosebud Sioux et Cheyenne River Sioux rez, tous deux dans le Dakota du Sud. Et dans son propre coin du nord du Minnesota, elle travaille de la même manière avec les agriculteurs amish locaux pour coopérer à la construction d’une économie de chanvre. «La prochaine économie est basée sur la coopération et non sur la concurrence», dit-elle.

Chanvre par rapport aux pipelines

Pendant trois ans, White Earth a accueilli une conférence autochtone sur le chanvre, réunissant des cultivateurs amérindiens de tout le pays. Le dernier a eu lieu en mars, juste avant que la pandémie ne frappe les États-Unis.

Winona LaDuke

LaDuke appelle le chanvre essentiel pour «transformer l’économie matérielle» du pays et du monde. «C’est la nouvelle révolution verte», dit-elle. «Tout ce que vous pouvez faire avec de l’huile, vous pouvez le faire avec du chanvre – en plus il y a beaucoup d’autres choses intéressantes que vous pouvez faire, du chanvre aux pâtes de chanvre.»

LaDuke considère explicitement une telle économie comme une alternative au système dominant basé sur les combustibles fossiles – auquel elle résiste activement. Une grande partie de son temps est maintenant consacrée à la lutte contre l’oléoduc de la canalisation 3 que la société canadienne Enbridge espère construire à travers le Minnesota. Faisant partie d’un réseau de pipelines acheminant le pétrole des sables bitumineux canadiens vers les marchés américains, il s’agit en fait d’une ligne de remplacement pour une ligne antérieure construite dans les années 1960. Enbridge cherche à accroître la capacité de la canalisation – en acheminant plus de pétrole des terres du nord du Canada où les Cris et d’autres peuples autochtones subissent les effets négatifs de l’extraction.

«Il s’agit de carburant provenant d’une source notoirement polluante. Nous sommes à la fin de l’ère des combustibles fossiles. D’autres pipelines ont fait faillite. Pourquoi en approuveriez-vous un nouveau? » LaDuke a demandé rhétoriquement, s’adressant au Minneapolis Star-Tribune plus tôt cette année.

Les autorités du Canada, du Dakota du Nord et du Wisconsin ont approuvé la construction de la nouvelle ligne – mais le ministère des Ressources naturelles du Minnesota n’a toujours pas accordé l’approbation complète. Cela est en partie dû à l’opposition vocale des peuples autochtones de l’État, y compris la bande des Ojibwe de la Terre blanche. De concert avec la bande des Ojibwés de Mille Lacs et la bande de Red Lake de Chippewa, ils ont intenté une action en justice, affirmant que le potentiel de déversements d’hydrocarbures de la ligne pose un risque pour leurs droits de chasse, de pêche et de cueillette garantis par traité. LaDuke est l’une des principales voix de la coalition nationale Stop Line 3.

Et presque toujours, dans ses protestations vocales contre Line 3 et des projets connexes tels que les pipelines Keystone XL et Dakota Access (qui ont également un impact notoire sur les terres autochtones), LaDuke présente le chanvre comme une alternative. Dans un commentaire pour Indian Country Today Media Network, elle a noté les signes croissants d’apocalypse climatique imminente et a ajouté: «Nous pourrions vouloir éviter cela en ne pillant pas les sables bitumineux (avec 240 gigatonnes de carbone sous certains écosystèmes vierges). Au lieu de cela, nous pourrions vouloir nous concentrer sur les infrastructures pour les personnes et les générations futures. Le Dakota du Nord, par exemple, pourrait être le plus grand exportateur d’huile d’énergie éolienne et de chanvre en Amérique du Nord… »

Alors qu’Enbridge se vante que la construction de la canalisation 3 générerait des milliers d’emplois, un directeur de projet d’entreprise a admis sous serment lors d’une audience publique cette année que seuls 22 emplois permanents seraient créés au Minnesota.

«Nous allons avoir plus de 22 emplois dans l’économie du chanvre d’ici l’année prochaine», déclare LaDuke. «Et nous ne détruirons pas, nous créerons.»

Un New Deal écologique autochtone

LaDuke envisage le chanvre comme faisant partie d’un mélange de nouvelles cultures et technologies qui peuvent briser la dépendance au pétrole. Elle prévoit une «transition économique diversifiée qui pourrait déplacer l’agriculture du nord du Minnesota de l’agriculture industrielle vers le chanvre et les aliments locaux, réduisant ainsi les déchets dans la production et le transport des aliments en les localisant. Nous pouvons passer des voitures aux trains et rendre les trains électriques. Il y a tellement de potentiel éolien le long des voies ferrées. Nous avons des éoliennes en provenance d’Europe au port de Duluth. Pourquoi ces turbines ne sont-elles pas conçues ici pour être utilisées dans le Nebraska? »

La limite fédérale de 0,3% sur la teneur en THC du chanvre «est vraiment punitive et n’a aucun sens», dit LaDuke. «Les tribus devraient prendre juridiction sur cela. La plante a besoin de redévelopper sa biodiversité et sa force.

Avec les peuples autochtones à l’avant-garde de sa vision, LaDuke espère que les années à venir verront une «coopérative de chanvre intertribale» pour les États des Grands Lacs et des Plaines. «Il y a beaucoup de tribus dans la région avec de bonnes terres pour le chanvre. Partager l’équipement de traitement serait formidable. »

Et tandis que son accent est mis sur le chanvre industriel, LaDuke n’équivoque pas sur l’importance des variétés psychoactives: «Je soutiens totalement la légalisation du cannabis – une transition juste dans laquelle les personnes de couleur touchées par la guerre contre la drogue possèdent une partie de la capacité de production et des dispensaires. . »

Elle note qu’en août, White Earth a adopté une ordonnance sur la marijuana à des fins médicales et met en place un mécanisme de réglementation pour la culture. «Il est plus que probable que d’ici 2022, nous cultiverons du cannabis médicinal sur la réserve.»

Elle associe également la souveraineté autochtone à la restauration de la génétique du chanvre et du cannabis après des générations d’interdiction. «Le 0,3% est vraiment punitif et n’a aucun sens», dit-elle, faisant référence à la limite fédérale sur la teneur en THC dans le chanvre. «Les tribus devraient prendre juridiction sur cela. L’usine a besoin de redévelopper sa biodiversité et sa force.

Chanvre pour la souveraineté et la survie

En septembre 2020, Winona LaDuke a pris la parole lors d’un «Teach-In on Food & Water Justice». Dans la présentation, elle a évoqué un choix qui avait été fait il y a un siècle de passer d’une «économie des glucides» à une «économie des hydrocarbures» – d’une économie basée sur les cultures vivrières et fibreuses cultivées sur terre, comme le chanvre, à une autre basée sur combustibles fossiles extraits de la terre. «Nous avons fait le mauvais choix», dit-elle. Mais maintenant, les peuples amérindiens sont bien placés pour ramener la transition.

«Je soutiens totalement la légalisation du cannabis – une transition juste dans laquelle les personnes de couleur touchées par la guerre contre la drogue possèdent une partie de la capacité de production et des dispensaires.» – Winona LaDuke

Pour commencer, les peuples autochtones du monde entier se retrouvent les gardiens de la diversité génétique, précisément parce que leurs terres ont été abandonnées par la modernisation. «Un grand nombre de nos tribus ont des variétés sauvages de chanvre qui restent des programmes d’éradication – d’une manière ou d’une autre, elles ne nous sont pas parvenues», a-t-elle déclaré.

En ce qui concerne le maïs, elle note que des multinationales comme Monsanto développent des «variétés intelligentes face au climat» conçues pour augmenter les rendements dans des climats plus chauds et plus secs – mais à un prix pour l’agrobusiness et toujours dépendant des engrais pétrochimiques. «Pendant ce temps, les nations autochtones du monde entier adaptent nos variétés pré-pétrolières aux temps à venir.»

Portail vers une nouvelle économie

LaDuke cite la notion, récemment formulée par l’écrivain sud-asiatique Arundhati Roy, de la «pandémie comme portail» vers une nouvelle économie.

Le défi, dit LaDuke, «à l’époque du COVID et en temps de crise est de comprendre comment nous allons survivre. C’est vraiment un petit aperçu de ce que sera l’avenir dans un monde confronté au changement climatique – et c’est notre opportunité d’être intelligent et de ne pas essayer de revenir à la normale… La crise est une opportunité. Reconstruisons les systèmes alimentaires locaux, car les grands systèmes alimentaires ne fonctionneront pas. Allons au bio, soyons résilients au climat… »

S’adressant calmement à la caméra de la Terre Blanche, elle a résumé l’essence des gros titres surréalistes de 2020.

«Les systèmes tombent en panne. Les idoles tombent. Les combustibles fossiles échouent. Ce serait maintenant le moment de parcourir ce portail et de faire de cette nouvelle économie… Soyons locaux. Obtenons l’énergie renouvelable. Cultivons des aliments locaux. Cultivons du chanvre. Et utilisons nos connaissances autochtones…

« C’est notre temps. Il est temps de traverser ce portail, de suivre cette voie et de créer à nouveau cette belle vie. La nouvelle révolution verte est là. »

PREMIÈRE PARTIE: Faire revivre le chanvre au pays de Menominee

TROISIÈME PARTIE (à paraître): Debout dans le pays Lakota

Bill Weinberg, auteur du projet CBD, est un journaliste chevronné de 30 ans dans les domaines de la politique des drogues, de l’écologie et des peuples autochtones. Il est un ancien rédacteur en chef du magazine High Times et il produit les sites Web CounterVortex.org et Global Ganja Report.

Copyright, Green CBD. Ne peut pas être réimprimé sans autorisation.