Ce qu’une présidence Trump pourrait signifier pour le rééchelonnement du cannabis

Ce qu’une présidence Trump pourrait signifier pour le rééchelonnement du cannabis

Même s’il est peu probable qu’une seconde présidence Trump cherche activement à annuler un rééchelonnement finalisé pour le cannabis, il se peut qu’il y ait un manque d’urgence pour accélérer le processus peu après une inauguration. Sur le plan législatif, la situation est quelque peu différente.

L’approche de Trump suggère qu’il ne peut pas faire obstacle à toute législation sur le cannabis qui parvient à son bureau, en particulier si elle bénéficie d’un soutien bipartisan. Cependant, le paysage politique, caractérisé par des chambres potentiellement divisées ou des majorités étroites au Congrès, ajoute une couche d’incertitude aux perspectives de soutien bipartisan et d’action législative.

Sommaire

Éléments critiques par trois

Alors que nous observons le déroulement du processus de reprogrammation, tout le monde se demande si cela sera fait avant les élections de novembre. Beaucoup veulent également savoir si Donald Trump, le candidat républicain présumé, gagne en novembre, quel impact il peut avoir sur le processus.

Pour répondre à cette question, nous devons examiner trois éléments de l’analyse :

1) Définir « terminé »

2) Identifiez quand « terminé » se produit

3) Évaluer quel parti contrôle le prochain Congrès

Lorsque l’on dit que le processus de reprogrammation est terminé, il est important d’avoir une certaine précision dans sa description. Il existe trois manières de définir le processus comme étant « terminé » :

1) Avis de règle finale

2) Date d’entrée en vigueur de la règle finale, qui est généralement 30 jours après sa publication

3) La date postérieure à la période de rétrospection de la Congressional Review Act

À mesure que chaque étape franchie se produit, la possibilité d’annuler un reprogrammation à l’Annexe III diminue considérablement. Concentrez-vous sur l’avis de la règle finale, car cette étape constitue l’augmentation la plus significative de la probabilité de permanence.

À ce stade, le gros du travail est terminé. L’industrie du cannabis a traversé la période de commentaires, au-delà des audiences, et la Drug Enforcement Administration (DEA) et le ministère de la Justice (DoJ) ont accompli le travail ardu d’examiner et de traiter tous les commentaires reçus. Dépasser ce point augmente considérablement les chances d’efficacité.

Bien qu’il soit possible que le processus rencontre des problèmes lors de l’examen du Bureau de la gestion et du budget ou éventuellement lors d’un examen par le Congrès de la règle finale, les chances que ceux qui annulent plus de deux ans de travail par le ministère de la Santé et des Services sociaux (HHS) et le DoJ est très faible. De plus, un litige pourrait demander une suspension de la mise en œuvre de la règle finale. Néanmoins, les précédents suggèrent que les tribunaux feront preuve d’une grande déférence à l’égard de la décision de l’organisme administratif. Il ne s’agit donc probablement pas d’un risque important pour l’annulation d’un reprogrammation.

Prédire la publication de la règle finale

Concentrez-vous maintenant sur le moment où une règle finale peut être publiée dans le Federal Register. Il existe trois scénarios :

1) Cela se produit avant les élections

2) Se produit entre l’élection et l’investiture

3) Cela n’arrive pas avant l’inauguration

Certains pensent que les stratèges politiques de l’équipe de Biden ont décidé que cela deviendrait une règle définitive de la Convention démocrate en août ou peu avant les élections d’octobre.

Malgré les désirs politiques, la DEA suit le protocole et le processus énoncés dans les différentes lois régissant le processus de rééchelonnement. Même s’il peut y avoir des pressions politiques, le processus prend du temps et la période de commentaires se termine le 22 juillet.

En supposant qu’aucune prolongation ou audience ne soit accordée, la règle finale prendra des mois car la DEA devra répondre aux commentaires reçus. Près de 5 000 commentaires ont été reçus au cours des trois premiers jours, et la plupart des experts s’attendent à ce que des milliers d’autres soient soumis.

Sur la base de l’examen des délais de reprogrammation précédents, il est raisonnable de s’attendre à ce que le processus depuis la clôture de la période de commentaires jusqu’à la publication d’une règle finale dure de quatre à six mois. Par conséquent, la publication estimée d’une règle finale aurait lieu entre l’élection et l’investiture.

La règle finale sur le cannabis sous la présidence Trump

Dans ce scénario, nous supposons que Trump gagne en novembre. Si la règle finale est publiée au moment où il prend ses fonctions, il ne semble y avoir que deux manières pour Trump d’annuler le reprogrammation.

La première consiste à demander au HHS et à la DEA de réévaluer et de remonter. Il est très peu probable que de nouvelles données soient publiées si près du reprogrammation, et cela nuirait probablement davantage à la crédibilité des agences impliquées, ce qui constitue donc un scénario peu probable.

L’autre consiste à utiliser le Congressional Review Act, qui permet au Congrès d’annuler une règle finale émise par une agence fédérale. Concernant une nouvelle administration, une disposition rétrospective donne au nouveau Congrès le temps de revoir les règles adoptées dans les derniers jours de la session précédente du Congrès. Cependant, il faudrait qu’une majorité des deux chambres du Congrès envoie au président une résolution commune de désapprobation pour annuler le report.

Par conséquent, même si les républicains conservaient la Chambre et reconquéraient le Sénat, ils devraient quand même serrer les rangs et voter tous pour la désapprobation, car la plupart, sinon la totalité, des démocrates voteraient probablement contre. Étant donné que 69 % des électeurs américains approuvent la légalisation dans un récent sondage Fox News, il est peu probable que les Républicains cherchent à en faire l’un de leurs premiers objectifs législatifs.

Enfin, il existe un scénario dans lequel une règle finale ne serait pas publiée au moment de l’investiture, le 20 janvier 2025. C’est là que Trump pourrait avoir un impact sur le reprogrammation.

Dans ce cas, vous auriez probablement un nouveau procureur général et potentiellement un nouvel administrateur DEA. L’un ou l’autre pourrait faire de la publication d’une règle finale une priorité moindre et retarder le processus. Il est difficile de savoir pour combien de temps ou s’ils décident de demander davantage de commentaires, mais ce scénario crée le risque le plus important pour la finalisation du reprogrammation.

Cela dit, ce scénario s’apparente davantage à un retard prolongé qu’à une annulation complète du travail effectué par le DOJ, la DEA et le HHS. En évaluant les différentes étapes, en examinant le précédent et en comprenant l’intention, nous commençons à voir une fenêtre d’opportunité pour finaliser le reprogrammation avant l’investiture, une éventuelle présidence Trump ayant un impact plus sur le calendrier final que sur le résultat final.

Cet article d’opinion fait partie de la prochaine édition imprimée de Cannabis & Tech Today.

Photo de Scottsdale Mint sur Unsplash

Anthony Coniglio est président, chef de la direction et membre du conseil d’administration de NewLake Capital Partners, Inc., une fiducie de placement immobilier gérée en interne qui fournit du capital immobilier aux exploitants de cannabis agréés par l’État par le biais d’opérations de cession-bail et de tiers. achats et financement de projets sur mesure.

Afficher tous les messages